Déclaration du Louvre - 15 janvier 2022

Discours

Déclaration du Louvre - 15 janvier 2022

C’est ici au Louvre, au Grand Louvre, au cœur de ce joyau architectural, écrin des plus belles réalisations culturelles de l’homme, que j’ai souhaité, en ce début de campagne présidentielle, vous délivrer un message de mobilisation et d’espoir.

De la forteresse médiévale de Philippe Auguste à la résidence royale de la Renaissance, du « Grand Dessein » d’Henri IV aux extensions architecturales des deux empires, ce lieu mythique symbolise, en effet, la continuité de la France dans ce qu’elle a de plus beau, de plus majestueux, de plus harmonieux.

Avec le but louable d’allier l’histoire et la modernité, la République y a avantageusement ajouté cette pyramide de transparence et de lumière.

C’est ici, il y a cinq ans, qu’a commencé un quinquennat qu’Emmanuel Macron présentait comme ambitieux dans ses projets, lumineux dans ses moyens et heureux dans ses choix.

Cinq ans après, la promesse de « cette confiance qui oblige », de cette bienveillance exhibée, de cette réconciliation proclamée, de cette humilité affirmée, de ce respect pour chacun se sont évanouis tout comme l’engagement d’un monde « plus sûr », de « libertés défendues » ou de perspectives de « croissance » pour reprendre les termes du discours de M. Macron ce soir du 7 mai 2017.

Le vent des saisons a emporté ses paroles.

Une gestion absurde des crises incessantes, fréquemment provoquées, souvent entretenues et toujours subies, aura dissipé les dernières illusions : la dégradation de la fonction présidentielle, la trahison des devoirs envers les Français comme la corrosion du gouvernement par le mensonge et la dissimulation ont rapproché encore le pays de l’affaissement et les Français du déclassement.
Il n’y a plus d’autre solution que d’en sortir.

Qu’adviendra-t-il, en effet, de vous, de vos enfants, de notre existence en tant que peuple si la France reste livrée à l’avidité des intérêts privés, à l’ensauvagement des délinquants, à l’injustice des politiques, à la contestation permanente de nos valeurs et de notre mode de vie, au mépris affiché des élites pour le peuple, à l’assaut des mondialistes sur notre souveraineté.

Face aux dangers qui nous guettent et aux défis qui se profilent, je vous appelle à suivre la voie de la raison et du cœur, celle qu’ont suivi nos pères et les pères de nos pères, voie dans laquelle son autorité sera rendue à l’État, sa souveraineté à la Nation, son identité au peuple français.

Je veux rendre aux Français leur pays,
Je veux leur rendre leur sécurité,
Je veux leur rendre leur argent, fruit de leur travail.
Mais aussi, parce que, pour un peuple, rien n’est plus porteur de discorde et de désordre que la mésestime de lui-même, je veux leur rendre leur fierté.

Je veux que dans un grand projet collectif national, la France retrouve le goût d’entreprendre, l’appétit de créer, une volonté renouvelée d’éclairer le monde de sa lumière ; qu’elle retrouve cette passion de l’avenir qui habite notre peuple et sans laquelle il perd sa joie de vivre et son énergie vitale.

Le temps venu, au moment des grandes décisions, soyez sûrs que ma volonté ne fléchira pas, que ma main ne tremblera pas et que je serai digne des responsabilités que vous m’aurez confiées.
Il reste trois mois, n’attendez pas l’élection, faites-la !

Pour fermer définitivement la parenthèse, ouverte ici, d’un macronisme toxique pour le pays, j’ai besoin de vous à mes côtés.

J’ai besoin de vous pour reprendre, ensemble, notre destin en main.

Vive la République, vive la France.
Par Marine Le Pen | 15 janvier 2022 | Discours