Arc de Triomphe : Marine Le Pen annonce un recours en annulation et un référé-suspension

Communiqué

Arc de Triomphe : Marine Le Pen annonce un recours en annulation et un référé-suspension

Le pavoisement de l’Arc de Triomphe aux seules couleurs de l’Union européenne, que n’accompagne même pas le drapeau national, constitue un véritable attentat à l’identité de notre Patrie, tant ce monument honorant nos gloires militaires, abritant la dépouille du Soldat inconnu et qui constitue de fait un cénothaphe à la mémoire de tous les morts pour la France, incarne le cœur battant de notre Nation et de notre mémoire commune.

La décision d’y faire hisser, seul, l’emblème de l’Union européenne, n’a pu être prise que sur un ordre direct d’Emmanuel Macron qui, en cette occasion, a une fois de plus trahi les devoirs de sa charge et manifesté de nouveau son arrogant mépris pour notre Histoire, pour des motifs d’ambition personnelle, de sa prétendue «présidence» de l’Union européenne dont on sait bien qu’elle se résume, pendant six mois, à faire présider par un ministre français de nombreuses réunions des ministres des États membres (un président du Conseil européen existe déjà en vertu des traités : il est, lui, désigné pour cinq ans…).

J’ai donc décidé d’attaquer devant le Conseil d’État cette décision présidentielle, qui méconnait manifestement: l’article 2 de la Constitution (en vertu duquel « l'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge »); son article 3, relatif à la souveraineté nationale (les électeurs français ayant rejeté en 2005 le projet de Constitution européenne reconnaissant le drapeau de l’Union européenne); et le principe fondamental reconnu par les lois de la République, en vertu duquel l’emblème national doit toujours flotter sur les bâtiments publics.

Un recours sera donc déposé dans les prochains jours. Il sera accompagné d’une demande de suspension, en référé, de la décision.
Par Marine Le Pen | 01 janvier 2022 | Communiqué